COVID-19 : Tocilizumab un possible remède ?

Une communication sans données brutes de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris suggère que le tocilizumab pourrait être utile dans les cas sévères du Covid-19. Voici un regard scientifique sur ce médicament ?

Le communiqué: L’anticorps anti-IL-6 tocilizumab (RoActemra*, Roche) a permis de diminuer le risque de besoin d’une ventilation ou de décès chez des patients souffrant de Covid-19 avec pneumonie moyenne ou sévère, dans l’essai française CORIMUNO-TOCI.

Hypothèse

  • Le Tocilizumab serait efficace pour limiter le recours à la ventilation respiratoire et par voie de conséquence réduire le nombre de décès à 14 jours chez les patients Covid-19 sévères ?

Comment le Tolicizumab agit ?

Le Tocilizumab est un anticorps monoclonal humanisé (dont la séquence charpente sélectionnées à partir d’une base de données de structures humaines) recombinant qui agit comme un antagoniste des récepteurs de l’interleukine (IL) -6 et qui permet  de réduire l’immunogénicité des anticorps chez l’homme.

Autrement dit, c’est une molécule qui permet une réponse immunitaire bien spécifique et qui vient inhiber la réaction inflammatoire de l’organisme.

Dans le cas de la COVID-19, le tocilizumab réduirait la sur-réaction immunitaire (comparable à une tempête de molécules inflammatoires) en réaction à l’infection. En effet, chez certains patients infectés par le Sars-CoV-2 se développe une réaction inflammatoire excessive, un “orage inflammatoire citokynique ” qui à la fois est délétère pour les poumons et empêche le système immunitaire d’éliminer le virus.

Du fait que l’IL-6 est l’une des principales cytokines impliquées. Le tocilizumab, dont l’efficacité et la tolérance dans son utilisation actuelle contre la polyarthrite rhumatoïde (PR) sont bien connues (pour réduire l’inflammation globale chronique de l’organisme), a donc été testé. Il était administré à la même dose que dans la PR, soit une seule fois soit, s’il n’y avait pas de réponse immédiate, une deuxième dose était donnée à J3.

Ainsi les résultats positifs annoncés portent sur des maladies qui sont à risque mais ne sont pas en réanimation.

Crier victoire ou faire preuve de prudence ? 

Ses résultats portent au total sur 129 patients (randomisés: 65 pour traitement habituel + Tocilizumab, et 64 pour le traitement habituel). Le critère de jugement primaire, qui était la combinaison du besoin de ventilation ou le décès à 14 jours, a été significativement diminué avec le tocilizumab.

Les résultats de cet essai vont être soumis pour publication dans un journal à comité de lecture. Les chercheurs ont souligné le fait que ces résultats doivent être revus par un comité de lecture puis publiés, et qu’il est nécessaire que d’autres études les confirment. Mais dans le contexte d’urgence de la pandémie de Covid-19, il était “éthique de communiquer sur ces informations”.

Il est donc nécessaire de faire preuve de prudence et de ne pas crier trop vite victoire sans comparer cette étude avec d’autres résultats :

  • Des études antérieures concernant le mécanisme d’action et des résultats préliminaires permettent d’entrevoir la logique d’action mais pas encore de statuer définitivement sur l’efficacité.
  • D’autres études semblent donner des résultats moins encourageants que ceux énoncés par l’AP-HP. Par exemple, les laboratoires Sanofi ont communiqué sur des études en cours concernant le Tocilizumab et donnent à voir des résultats préliminaires plus mitigés. Il faut donc rester prudent jusqu’à la publication des résultats de l’étude en question.

Est-on sur la voie d’un remède ?

Ce qui est surtout positif

  •  Dans le domaine de la recherche médicale, cette crise mondiale a permis un nouveau design de l’étude des maladies infectieuses qui permet de réaliser des essais très rapidement et ainsi pouvoir trouver des traitements efficaces en urgence.
  • Cette étude est une évaluation prometteuse parmi une série d’autres médicaments. Par exemple, il y a notamment un autre anti-IL-6, le Sarilumab (Kevzara*, Sanofi/Regeneron), mais qui est administré en sous-cutané (le Tocilizumab est intraveineux) et à une dose différente ;…. Ou encore, des essais de traitement pour l’antagoniste des récepteurs de l’IL-1 anakinra” (Kineret*, Sobi) ;….. Ou encore, le remdesivir, qui ralentit le développement du virus,…Ou encore, d’autres traitements en cours, dont celui par administration de sérums de malades guéris ;..,. Ou d’autres traitements vasculomodulateurs ; ….
  • En l’absence de remèdes éprouvés contre les formes graves de cette maladie, plus de 120 projets de vaccins anti-Covid-19 dont une dizaine en phase d’essais cliniques. 8 projets en sont arrivés au stade des essais cliniques de phase I sur des hommes.
  • Par ces nombreuses investigations et ces études scientifiques, et bien qu’actuellement les résultats ne sont pas encore assez matures pour conclure, de nombreux résultats plus solides sont attendus pour “les prochains jours”.

Coach

Devis "Seul le passé ne change pas"

Translate »